Bières et cyclisme

Alcool et cyclisme peuvent-ils bien se marier ?

La légende urbaine qui raconte que la bière favorise la récupération après un effort cycliste est malheureusement fausse. Il fut même un temps où les coureurs du Tour de France buvaient de la bière pendant la course. Évidemment que l’alcool peut jouer un effet psychologique par le bonheur et la convivialité qu’il draîne. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que cela reste un élément exogène et toxique à éliminer par l’organisme et encore plus après un effort important. Dans cette situation le corps ne réclame que eau, repos et nutriments de qualité. L’organisme est fatigué et doit récupérer. Ainsi, le cocktail alcool et récupération ne fait pas forcément bon ménage.

Nous savons tous qu’une consommation excessive d’alcool est très nocive pour la santé. Elle peut provoquer de graves problèmes de santé mais nous nous intéressons ici à l’effet d’une consommation modérée sur la performance cycliste.

Les méfaits de l’alcool sur la récupération et la performance du cycliste 

Un abus d’alcool en guise de récupération est contre-productif voire carrément dangereux. Et cela pour plusieurs raisons :

  • L’alcool est très diurétique et vous fera donc perdre davantage d’eau pendant votre période de récupération
  • L’alcool est un très mauvais fournisseur de glucides complexes. Il inhibe la production de glycogène par le foie alors que c’est le meilleur carburant du corps pour les sports d’endurance. Les cyclistes ayant consommé de l’alcool après une sortie à vélo voient le temps nécessaire pour reconstituer leur stock de glycogène quasiment doubler
  • S’il accélère l’endormissement, l’alcool réduit considérablement la qualité du sommeil qui est indispensable pour toute récupération profonde
  • Certaines recherches suggèrent que l’ingestion d’alcool après l’exercice entrave les réponses anaboliques de construction musculaire et peut donc nuire à la récupération et à la surcompensation qui intervient après chaque effort. Ce mécanisme semble se bloquer même lorsque des protéines animales sont ingérées avec la portion d’alcool d’après plusieurs études
  • Après un entraînement particulièrement long ou intense, les douleurs musculaires et les courbatures sont inévitables. Mais attention, l’alcool après l’exercice peut exacerber cet effet. Il est bien connu que l’application de froid (glaçons, cryothérapie etc) sur les muscles après une séance de sport réduit la douleur qui en résulte. Le froid resserre les pores et les vaisseaux sanguins et diminue donc l’inflammation naturellement produite par un exercice soutenu. De son côté, l’alcool a un effet inverse ! C’est un vasodilatateur qui augmente le flux sanguin dans les muscles et alimente l’inflammation
  • Même dans le cas d’une consommation avant l’effort, son apport riche en calories n’a pas de bénéfices évidents. L’alcool nous fournit beaucoup de calories qui devraient être de fait utiles pour la pratique du cyclisme. C’est oublier que les calories fournies par les boissons alcoolisées sont des calories quasiment vides, c’est-à-dire des calories qui sont transformées très rapidement par le foie en triglycérides, i.e en graisses.

Et finalement, une petite bière entre amis ?

La bienséance veut que nous vous rappelions que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. C’est absolument vrai et en encore plus après un effort cycliste important ! Cela entrave même votre progression.

Néanmoins, nous ne négligeons pas l’aspect social et la pression de notre société qui fait que l’alcool est synonyme de fête et de bon temps. N’oublions pas que l’on fait bien souvent du vélo pour le plaisir que cela nous procure. À moins d’être un compétiteur de haut niveau, bannir totalement quelques verres consommés avec modération ne nous paraît pas bien constructif. Essayez autant que possible d’éloigner votre consommation de vos efforts cyclistes pour ne pas détériorer votre récupération. Par ailleurs, évitez absolument de faire une sortie vélo le lendemain d’une soirée trop arrosée et encore moins une sortie difficile.

La petite bière post-sortie vélo permet, elle, de tisser des liens avec les autres cyclistes. Cela reste avant tout un moment convivial alors ne vous en privez pas à moins de poursuivre un objectif bien précis ou d’être à la veille d’une autre journée de vélo difficile. D’autant plus que le plaisir de partager un moment convivial après l’effort est souvent plus important que l’effort lui-même.

Ni éloges ni critiques, nous ne voulons pas du tout dire qu’il ne faut pas prendre de bière avec d’autres cyclistes après une sortie. Mais d’un point de vue strictement sportif, elle ne nous apporte absolument aucun bénéfice, bien au contraire.

A consommer avec modération.

Crédit photo : Bikeci.com

Mot-clé :

Notre site a une éthique irréprochable, nous vous indiquons toujours lorsqu'un article est sponsorisé. C'est notre engagement pour vous fournir des conseils fiables et de qualité. Nous sommes fiers de pouvoir vous compter parmi nos lecteurs et ainsi partager cette passion du vélo : pourvu qu'il y ait deux roues et un guidon (et encore) ...

En savoir plus sur bikeci.com